Saint-Laurent

Georgia Kokotsis est une consultante semi-retraitée, travailleuse indépendante et mère célibataire d'un adolescent soucieux de l'environnement. Georgia est membre bénévole du Blue Dot Movement, un projet de la Fondation David Suzuki, depuis plusieurs années et a participé à de nombreuses manifestations de sensibilisation au changement climatique et à l'importance de renforcer nos lois au plus haut niveau pour protéger notre précieux environnement. Récemment, elle a été très active en tant que chef de file des promesses de dons, rencontrant plusieurs députés fédéraux et recueillant leurs promesses signées qui les engagent à faire du droit de chaque Canadien et chaque Canadienne de jouir d'air pur, d'eau douce, d'aliments sains et d'un environnement sain un droit constitutionnel.

Georgia est titulaire d'un baccalauréat en biochimie et d'une maîtrise en administration des affaires avec majeure en marketing de l'Université McGill. Elle parle couramment l'anglais, le français et le grec et comprend un peu l'arabe parce qu'elle a vécu au Moyen-Orient pendant quelques années. Elle est également membre de Sivananda, une organisation internationale axée sur le yoga et la paix. Elle adore faire du vélo, du kayak et marcher avec son chien.

En grandissant, l'argent était rare et Georgia a dû travailler pour payer ses études. Bien qu'elle ait apprécié le fait que les frais de scolarité étaient peu élevés au Québec et qu'elle ait réalisé qu'elle n'aurait pas pu poursuivre ses études si ce n'était pas le cas, elle a souvent ressenti le stress de travailler pendant ses études, surtout au moment des examens. Georgia croit que tous les Canadiens et Canadiennes devraient avoir la possibilité de réaliser leurs rêves et d’obtenir une éducation de qualité et que ceux qui en ont les moyens ne devraient pas être les seuls à y avoir accès.

Fervente partisane de l'équilibre budgétaire, Georgia croit qu'en tant que Canadiens, nous payons suffisamment d'impôts pour offrir à nos étudiants une éducation postsecondaire gratuite et pour nous concentrer sur des emplois, des technologies et des industries verts, propres, durables et écologiques qui créeront plus d'emplois, d'exportations et de croissance dans l'économie canadienne. Il n'y aurait pas besoin de nouveaux fonds, il suffirait que le gouvernement passe d'une économie axée sur les combustibles fossiles à une économie verte. Pendant la transition, Georgia estime également qu'il est grand temps que les pollueurs assument leurs responsabilités et cessent de déclarer faillite en laissant les dépenses de nettoyage aux contribuables.