Moncton—Riverview—Dieppe

Claire Kelly a vécu partout au Canada et en apprécie chaque racoin. Elle est très fière d’habiter dans les maritimes. Née au Manitoba et élevée au Nouveau-Brunswick et en Colombie-Britannique, il n'est pas étonnant que Claire se soit toujours sentie passionnée par l'accueil et le respect de tous dans ce pays qu'elle aime.
 
Après l’obtention de son diplôme de l'Université Mount Allison, Claire part enseigner l'anglais au Japon pendant deux ans et voyage dans plus de 40 pays avant de revenir au Canada pour faire compléter une maîtrise en études sur l'immigration et l'établissement à l'Université Ryerson. Depuis, elle utilise ses études, son expérience et ses trois langues pour travailler dans le domaine de l'immigration et de l'éducation internationale. Elle est actuellement conseillère en immigration internationale au CCNB. 
 
Claire a toujours été une écologiste, mais elle est devenue une militante environnementale plus sérieuse à l'université lors de son passage au groupe étudiant Éco-Action. Ce groupe mène des campagnes pour réduire l'utilisation de tasses à café et de plastique à usage unique et a parrainé le « Campus Climate Challenge » annuel pour réduire les émissions de carbone. 
 
Lors de son séjour au Japon, Claire apprécie le mode de vie minimaliste japonais et son impact positif sur l'empreinte carbone des individus. En 2011, Claire vit le traumatisme causé par une catastrophe naturelle. Elle subit le tremblement de terre d'une magnitude de 7,0 dans sa région, puis la dévastation causée par le tsunami en faisant du bénévolat dans les régions touchées.
 
Depuis son retour au Canada en 2013, Claire observe avec empathie les ravages causés par les catastrophes naturelles dans toutes les régions du pays. Pourtant, malgré l'augmentation du nombre d'inondations, d'incendies de forêt et même de tornades en raison des changements climatiques, elle constate avec incrédulité que notre gouvernement choisit d'investir encore plus dans l'industrie des combustibles fossiles.
 
À maintes reprises, Claire constate que le Parti vert est le seul parti prêt à assumer un véritable leadership en matière de climat. C'est pourquoi, en 2015, Claire est très fière et inspirée d'appuyer sa mère et chef adjointe du Parti vert, Jo-Ann Roberts, lorsqu'elle se porte candidate aux côtés Elizabeth May aux élections fédérales. Claire est impliquée avec le Parti vert depuis ce moment. 
 
Lors de cette élection fédérale, Claire est très heureuse de se présenter aux côtés de sa mère et d'Elizabeth et elle espère pouvoir se joindre à elles à la Chambre des communes. 
 
Les scientifiques affirment que nous pouvons encore contrer les boulversements climatiques en cours actuellement, mais cela signifie qu'il faut agir maintenant. Lors de cette élection, Claire veut voir sa région préférée du Canada voter pour un parti qui agit avec respect et intégrité et qui propose un plan concret pour bâtir un meilleur avenir.