Première année du gouvernement Trudeau : le bulletin d’évaluation

Première année du gouvernement Trudeau : le bulletin d’évaluation

(OTTAWA), le 3 novembre 2016 Un an après l’arrivée au pouvoir du gouvernement Trudeau, la cheffe du Parti vert du Canada et députée de Saanich-Gulf Islands, Elizabeth May, a évalué sa performance dans 13 aspects : démocratie, action climatique, loi environnementale, finances, immigration, santé, politique étrangère, commerce, enjeux autochtones, justice, pêches, agriculture et transports.

Dans son bulletin de notes, elle compare les résultats du gouvernement Trudeau aux promesses faites par le Parti libéral dans son programme électoral et au Discours du Trône. La priorité primordiale des changements climatiques a des ramifications sur de nombreux portefeuilles.

« Cette administration a un potentiel différent et exploite de nouvelles pistes, et nous avons donc besoin de nouveaux outils de suivi et d’évaluation, a expliqué Mme May. Ce serait inutile de l’évaluer par rapport à l’ancien gouvernement.

Sur le plan de l’action climatique, le PVC se réjouit de certaines mesures très positives - comme l'engagement d'établir un prix sur le carbone et la ratification de l'Accord de Paris. Par contre, elle décerne un « C » au gouvernement Trudeau, parce qu’il a adopté des cibles perpétuant l'ère Harper qui ne permettront pas d'atteindre nos engagements dans cet accord.

« L’approbation de projets qui feront grimper les émissions de gaz à effet de serre comme le Projet de gaz naturel liquéfié Pacific NorthWest, transgresse la première règle à suivre lorsqu’on s’enlise : cesser de creuser », a fait remarquer Mme May.  

La seule responsabilité à laquelle elle attribue un « E » est celle de la justice pour les peuples autochtones. Jusqu’ici, le gouvernement n’a pas pris de mesures suffisantes pour prévenir le suicide et pour financer adéquatement les services aux enfants. Ce qui inquiète encore plus le PVC est qu’en émettant des permis dans le dossier du barrage du site C sur la rivière de la Paix en Colombie-Britannique, le gouvernement ne respecte pas son engagement de travailler en partenariat de nation à nation.

« Bien que nous soyons fermement persuadés que le Parlement et le Canada ont besoin d’un bien plus grand nombre de députés verts, nous espérons que le gouvernement libéral prendra la bonne décision – pour le Canada et les générations futures, a dit Mme May. Nos défis sont trop importants pour s’y attaquer de façon partisane, et il est encore temps de progresser à grands pas pour bâtir un meilleur pays pour tous. »

-30-

Pour obtenir de plus amples renseignements ou une entrevue, communiquez avec :

Dan Palmer
Attaché de presse | Press Secretary
Parti vert du Canada | Green Party of Canada
cellulaire : (613) 614 4916
dan.palmer@partivert.ca