South Shore—St. Margarets

Thomas Trappenberg a vécu à Halifax et à Upper Tantallon avant de déménager avec sa femme et ses deux enfants à Hatchet Lake en 2002. Professeur d'informatique à l'Université Dalhousie, il détient un doctorat en physique et a occupé des postes de recherche au Canada, au Japon et à Oxford, en Angleterre. Ses principaux domaines de recherche sont les neurosciences computationnelles, l'apprentissage machine et la robotique. 

Thomas est l'auteur d'un manuel bien connu sur les neurosciences computationnelles publié par Oxford University Press et il a fait partie du comité exécutif de la Dalhousie Faculty Association. Il a également co-fondé Nexus Robotics, avec lequel il a remporté un concours de robots désherbeurs aux Etats-Unis en 2018. Il travaille actuellement à l'application de l'IA à un certain nombre d'autres domaines de l'industrie alimentaire et des applications médicales.

Thomas a une longue histoire avec le Parti vert. Il a été le premier président de deux associations de circonscription fédérales (Halifax et Halifax-Ouest), a appuyé Elizabeth May dans sa candidature à la direction du Parti vert du Canada, a représenté la Nouvelle-Écosse au conseil du Parti fédéral en 2007 et 2008, a co organisé la fondation du Parti vert de la Nouvelle-Écosse et s'est présenté comme candidat fédéral et provincial dans de multiples élections. Depuis 2016, Thomas est le chef du Parti vert de la Nouvelle-Écosse. 

En plus de son bénévolat politique, Thomas demeure actif dans la communauté en enseignant le karaté au Prospect Road Community Centre. Il est également président de l'association d'amitié Halifax-Hakodate, qui travaille à établir des liens avec notre ville jumelle Hakodate au Japon. Sa femme fut la première étudiante d'échange après le jumelage. 

Compte tenu de sa formation scientifique, Thomas croit fermement qu'il est urgent d'agir pour le climat. Il croit également que nous ignorons les occasions qui s'offrent à la Nouvelle-Écosse de mettre en valeur les ressources et les talents locaux et durables. Il est convaincu que nous pouvons bâtir une économie, une écologie et une société dynamiques avec un gouvernement raisonnable et respectueux. Enfin, Thomas pense que l’enjeu le plus important dans cette élection est de convaincre les gens de voter et de s'impliquer. L'apathie n'est pas la solution à un mauvais gouvernement.