Le Parti vert dénonce l’appui financier du gouvernement Trudeau au pipeline

Le Parti vert dénonce l’appui financier du gouvernement Trudeau au pipeline

(OTTAWA) – Elizabeth May, cheffe du Parti vert du Canada et députée de Saanich-Gulf Island, déplore la plus récente manœuvre du gouvernement du Trudeau visant à forcer l’achèvement du prolongement du pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan.
 
Sous le couvert de « l’intérêt national », le premier ministre compte dépenser l’argent des contribuables canadiens pour aider une multinationale américaine, briser sa promesse électorale de mettre fin aux subventions à l’industrie des carburants fossiles, et perpétuer l’héritage colonial du Canada en écartant les chefs autochtones du processus.
 
« Afin de rassurer les actionnaires de Kinder Morgan, Justin Trudeau appuiera le projet et demandera au ministre des Finances Bill Morneau de conclure une entente à huis clos, a affirmé Mme May. Il s’agit d’un affront à la démocratie. Les Canadiens devraient savoir où va l’argent de leurs impôts et cet argent ne devrait pas servir à financer un important projet de carburants fossiles d’une grande société pétrolière du Texas. En vérité, le projet Kinder Morgan comporte des risques élevés en raison d’un manque de marchés, et Justin Trudeau est maintenant prêt à les aider financièrement. »
 
Mme May a également remis en question le respect du gouvernement Trudeau pour la règle de droit. « Ne devrions-nous pas attendre le jugement de la Cour sur la légitimité du permis accordé à Kinder Morgan? Pour quelles raisons le gouvernement fédéral est-il si pressé d’écarter toute opposition à un projet qui causera des dommages irréparables – autant à l’environnement qu’aux droits des Autochtones. »
 
« Il serait plus juste à l’avenir, selon Mme May, d’inclure les chefs autochtones à toutes les étapes et de se joindre au premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, qui s’en remet à la Cour suprême pour régler la question des compétences. La qualité des partenariats est essentielle au succès d’une nation. Justin Trudeau peut répéter le refrain de « l’intérêt national » autant qu’il le souhaite, mais cela ne réparera pas les dommages qu’il s’apprête à causer. »
 
Mme May a ajouté que le Canada ne pourra respecter son engagement pris dans l’Accord de Paris visant à maintenir l’augmentation de la température mondiale moyenne à 1,5 °C tout en augmentant l'exploitation des sables bitumineux.
 
#####
 
Pour plus de renseignements ou obtenir une entrevue, veuillez communiquer avec :

Rod Leggett
Attaché de presse
613-614-4916