Carleton

Gordon Kubanek est un ingénieur professionnel qui a obtient sa maîtrise en génie chimique à l'Université McGill avant de passer la majeure partie de sa carrière comme professeur de physique au secondaire. Il est marié, a trois filles et vit maintenant dans une ferme de loisirs près de Kars, dans la circonscription de Carleton, qu'il habite depuis 15 ans. Il s'occupe actuellement de ses abeilles pendant qu'il écrit des livres et des articles sur l'environnement.

Gordon commence sa ferme de plaisance après son déménagement d'Ottawa et il s'occupe actuellement de la culture de l'ail et du miel. Son épouse et lui se sont engagés à vivre de façon durable et, à cette fin, ont éliminé les combustibles fossiles de leur vie.  Ils conduisent des voitures électriques, ils chauffent et climatisent avec de l'énergie géothermique et leur toit est couvert de panneaux photovoltaïques.

Après avoir travaillé comme ingénieur dans l'industrie des pâtes et papiers en Colombie-Britannique dans les années 1980, Gordon change de carrière et devient professeur de physique. Il travaille d’abord aux États-Unis, puis dans un pensionnat privé au Québec, avant de s'établir à la Commission scolaire Ottawa-Carleton. Au cours de cette période, il suit une formation au MIT sur la méthodologie de simulation informatique qui sous-tend le livre du Club de Rome de 1972 sur les raisons pour lesquelles notre civilisation industrielle n'est pas durable, intitulé « The Limits to Growth ». Il se sert de ces compétences pour mettre sur pied une entreprise d'experts-conseils et il parvient à conclure plusieurs contrats avec le ministère de la Défense nationale.

En 1983, Gordon se trouvait en Allemagne pour les premiers pas du Parti vert local. Il  s’intéresse également à la politique environnementale pendant ses études à McGill. Toutefois, ce n'est que lorsque ses enfants atteignent un certain âge qu'il rejoint le Parti vert, d'abord pour aider les candidats fédéraux locaux, puis à titre de candidat du Parti vert de l'Ontario à quatre reprises à Carleton. Gordon travaille principalement dans le domaine de l'environnement au sein de l'Association canadienne pour le Club de Rome, un groupe de réflexion environnementale, où il siège au conseil d'administration.

Gordon fréquente l'Église anglicane locale et est un franciscain du Tiers-Ordre - inspiré par le fait que Saint François a été le premier Européen à considérer toute la création dans ses prières et ses pensées pour le soin et la considération. Comme Gordon et son épouse sont tous deux originaires du Québec, ils sont bilingues et peuvent pratiquer leur français à leur chalet au nord des Laurentides. L'apiculture et l'écriture sont les passions de Gordon et elles le maintiennent pleinement engagé dans ce monde merveilleux.