4.6 Un pacte équitable pour les jeunes

Une initiative d'accès à l’emploi et à l’éducation à l’échelle nationale pour les jeunes de 18 à 25 ans.

Les récessions, en particulier les récessions sévères comme la grande récession de 2009, sont particulièrement difficiles pour les jeunes qui sont au début de leur carrière ou de leurs études postsecondaires. Ils sont vulnérables aux perturbations économiques et sociales parce qu’ils ne possèdent pas les habiletés nécessaires pour rivaliser avec les travailleurs expérimentés pour les nouveaux emplois qui se font de plus en plus rares; et pourtant, ils ne sont pas en mesure d’acquérir ces habiletés sans emploi. Ils sont dans une impasse. Voilà pourquoi ce sont les taux de chômage et de sous-emploi des jeunes qui augmentent le plus rapidement et qui sont en fin de compte les plus élevés de tous les groupes démographiques pendant les périodes de difficultés économiques. Ces difficultés mises à part, ils ont souvent de la difficulté à payer leurs études postsecondaires, dont le coût augmente rapidement, parce qu’ils sont incapables d’économiser un peu d’argent avec leur emploi d’été ou de trouver du travail à temps partiel pendant l’année scolaire.

Même si en grande partie l’économie du Canada a surmonté la crise de 2008, le chômage parmi les jeunes demeure deux fois plus élevé que la moyenne nationale à 14 pour cent, ce qui, selon nous, est inacceptable.

Les implications économiques et sociales à long terme d'un nombre croissant de jeunes déconnectés de l’économie et aliénés socialement sont très graves et très coûteuses; on les nomme en Europe les jeunes exclus (hors du système d’éducation et du marché du travail). Si la reprise économique reste lente, le Canada se dirigera vers une situation similaire; c’est la prédiction de beaucoup de personnes. Nous devons absolument être proactifs, et non réactifs dans trois ou quatre ans, pour remédier aux problèmes émergents de chômage, de sous-emploi et d’accès à l’éducation chez les jeunes pendant que les coûts liés à ces interventions sont encore peu élevés.

Les députés verts :

  • Fourniront des données claires et fiables sur le marché de l’emploi comme le recommande le Comité consultatif sur l'information sur le marché du travail en investissant 15 $ millions pour établir de nouvelles mesures d’informations sur le marché du travail.

  • Interdiront les stages non rémunérés.

  • Stimuleront l’accès à des programmes d’apprentissage dans les principaux métiers en soutenant ceux qui ont la capacité de former les jeunes et de les soutenir financièrement vers les métiers d’électricien, de plombier, de charpentier, de tuyauteur, de soudeur, etc.

  • Mettront sur pied une brigade jeunesse offrant des services communautaires et environnementaux qui offrira un salaire minimum à 40 000 jeunes de 18 à 25 ans chaque année pendant quatre ans; en tout, 160 000 postes seront offerts à des jeunes à la fin de chaque année du programme, les participants recevront un crédit pour frais de scolarité de chaque année, les participants au programme recevront chacun un crédit d’études de 4 000 $ qu’ils pourront utiliser pour payer leurs études et leur formation. Les équipes jeunesse offrant des services varieront sur le plan de la taille en fonction des projets réalisés; les jeunes pourront obtenir de l’orientation professionnelle et suivre des formations permettant d’acquérir des compétences à l’emploi pendant le déroulement du programme.

  • Veilleront à ce que les projets de la brigade jeunesse offrant des services communautaires et environnementaux soient réalisés en collaboration avec les municipalités et en fonction des priorités locales. Ces projets comprendront différentes mesures visant à atténuer les dommages et les préjudices causés par les changements climatiques à venir et leurs effets ainsi que des mesures variées de protection et de rétablissement de l’environnement. Des équipes spécialisées offriront des activités sociales aux aînés dans les établissements par le truchement d'activités artistiques et musicales; elles aideront également les ménages à faible revenu à effectuer des améliorations pour augmenter l’efficacité énergétique de leur logement, offriront des programmes de loisirs aux enfants à risque, amélioreront les systèmes de distribution d'aliments locaux, etc.

  • Cette initiative offrira des emplois à 160 000 jeunes pendant quatre ans et coûtera environ 1,25 milliard de dollars par année, pour un total de 5 milliards de dollars.