1.13 Transport urbain écologique

Le mitage ralentit énormément la circulation des migrants. Au lieu de régler le problème, l’ajout de nouvelles routes l’exacerbe. La saturation du réseau routier entraîne l’augmentation de la pollution et des émissions de gaz à effet de serre. La transition vers le rail léger et un réseau d’autobus coordonnés permettront d’alléger notre réseau routier; ainsi, nous sortirons du cercle vicieux qui consiste à multiplier le nombre d’usagers sur un réseau routier de plus en plus achalandé et à rendre nos villes plus agréables.

Nous réglerons le problème des routes congestionnées et des villes pleines de smog, pas en construisant de nouvelles routes et de nouveaux ponts qui éloignent les banlieues, mais avec des projets de « croissance intelligente » axés sur l’infrastructure. L’amélioration des transports en commun et du rendement énergétique des bâtiments dans des nœuds à haute densité, le long de corridors de transport existants, rendra nos villes habitables et conviviales. Le gouvernement fédéral doit ouvrir la voie en financement l’écologisation des villes canadiennes (voir la section 1.14 Infrastructure et collectivités, pour un exposé détaillé sur les relations fédérales-municipales.)

Les députés verts :

  • Augmenteront le budget fédéral destiné à l’infrastructure piétonnière, cycliste et de covoiturage dans les villes.

  • Augmenteront le budget actuel destiné aux transports en commun en vue de stimuler un réinvestissement massif dans l’infrastructure publique de transports dans toutes les villes canadiennes pour la rendre facile d’accès, sécuritaire, confortable et abordable.

  • Investir dans un réseau national soutenant les véhicules électriques - voitures, autobus et camions.

  • Offriront des crédits d’impôt pour les laissez-passer de transports en commun fournis par les employeurs afin d’inciter les employés et les sociétés à utiliser les transports en commun, et fourniront une aide financière aux provinces et aux territoires qui fournissent des laissez-passer gratuits aux personnes vivant sous le seuil de pauvreté.

  • Annuleront les budgets prévus pour des projets d’élargissement d’autoroutes et de ponts qui favorisent le mitage et accroissent l’utilisation des véhicules particuliers, du transport de marchandises par camion et, par conséquent, augmentent les émissions de gaz à effet de serre.

  • S’assureront que le financement fédéral destiné à l’infrastructure ne sert pas à l’élargissement du réseau routier, mais plutôt à la mise en place ou l’élargissement d’un réseau de rail léger. Les infrastructures actuelles, comme la Transcanadienne, doivent être maintenues selon des normes de sécurité.