Elizabeth May parraine le projet de loi sur la captivité des baleines et des dauphins

Elizabeth May parraine le projet de loi sur la captivité des baleines et des dauphins

OTTAWA - La chef du Parti vert, Elizabeth May (députée de Saanich-Gulf Islands), parrainera le projet de loi S-203. Il s’agit de la Loi interdisant la captivité des baleines et des dauphins qui sera présenté à la Chambre des communes après son adoption au Sénat. Le projet de loi a été présenté à l'origine par le sénateur Wilfred Moore en décembre 2015, puis parrainé par le sénateur Murray Sinclair après la retraite du sénateur Moore.

"Malgré les efforts répétés des sénateurs conservateurs pour contrecarrer le processus démocratique par toute une série de tactiques dilatoires, je suis heureuse que cet important projet de loi ait finalement été adopté par la Chambre haute, a déclaré Mme May. "La législation protège les cétacés (baleines, dauphins et marsouins) du traumatisme du confinement pour le divertissement humain en interdisant l'élevage en captivité, l'importation, l'exportation et la capture vivante de ces animaux remarquables.

Dans une lettre adressée à ses électeurs, Mme May a expliqué : "Dans la nature, de nombreuses espèces de cétacés vivent toute leur vie avec leurs familles appelées pods qui peuvent contenir jusqu'à 100 membres. Différentes gousses ont leurs propres dialectes, des sifflets propres à leur famille. Les orques peuvent parcourir jusqu'à 150 kilomètres par jour, atteindre une vitesse de 45 kilomètres à l'heure et plonger à plus de 200 mètres de profondeur. En comparaison, quand un épaulard est captif, son aire de répartition n'est que de 1/10 000e de 1 pour cent de la taille de son aire de répartition naturelle."

Tout au long du processus législatif, le travail de Mme May a contribué à favoriser l’adoption du projet de loi S-203 par le Sénat. Non seulement a-t-elle écrit au chef du Parti conservateur Andrew Scheer pour dénoncer les tactiques employées par ses sénateurs, mais elle a aussi déposé une plainte officielle selon laquelle les activités de Marineland violent la Loi sur le lobbying. Le commissaire au lobbying n'a pas encore statué sur cette plainte.

"Il est cruel de garder ces créatures très évoluées en captivité, tout comme l'intérêt ludique d'observer les baleines et les dauphins nager en cercle dans des bassins en béton ", a déclaré Mme May. "Plus vite la Chambre des communes adoptera ce projet de loi, mieux ce sera."

###

Pour de plus amples renseignements ou pour prendre rendez-vous pour une entrevue :

Rod Leggett
Attachée de presse
Rod.leggett@partivert.ca
613-562-4916 poste 206