Elizabeth May souligne le 30e anniversaire d’une conférence canadienne sans précédent sur le climat

Elizabeth May souligne le 30e anniversaire d’une conférence canadienne sans précédent sur le climat

(OTTAWA)--Il y a trente ans aujourd’hui, le Canada s’établissait comme chef de file mondial en matière de climat en accueillant une importante conférence scientifique internationale axée sur la menace des changements climatiques.

Du 27 au 30 juin 1988, des centaines de scientifiques des quatre coins du monde se sont rassemblés à Toronto pour cet événement organisé par l'Organisation météorologique mondiale, le Programme des Nations unies pour l'environnement et le gouvernement du Canada. Gro Harlem Brundtland, alors première ministre de la Norvège, et Brian Mulroney, premier ministre du Canada à l’époque, avaient inauguré la conférence.

Le consensus dégagé de cette rencontre allait comme suit : « L'humanité se livre sans frein à une expérience inconsciente qui touche l'ensemble du globe et dont les conséquences définitives ne le céderaient en rien sinon à une guerre nucléaire mondiale. » 

« Trente ans plus tard, cette expérience se poursuit toujours », a dit Elizabeth May, cheffe du Parti vert et députée de Saanich-Gulf Island. « Les gouvernements, y compris le nôtre, sont disposés à reconnaître la menace, mais pas à prendre les mesures nécessaires pour prévenir les pires scénarios. Pire encore, des partis qui, toujours plus hors propos et dangereux, voudraient même attaquer le gradualisme chétif de la politique climatique actuelle. »

Selon Mme May, qui a été l’une des organisatrices de la conférence de Toronto, personne ne remettait en question les fondements scientifiques des changements climatiques il y a trente ans. « Après avoir réussi à réduire les pluies acides et à garantir un accord international pour protéger la couche d'ozone, le Canada était prêt à s’occuper sérieusement de la question de la réduction des émissions de carbone. Qui aurait cru qu’en 2018, les émissions seraient à ce point plus élevées et que les actions concertées resteraient à ce point inadéquates. »

Pour plus de renseignements ou pour obtenir une entrevue, veuillez communiquer avec :

Rod Leggett
Attaché de presse
Rod.leggett@partivert.ca
613-562-4916, poste 206