Points à soulever


Cherchez-vous à persuader un interlocuteur que la représentation proportionnelle s’impose? Voici quelques arguments qui ne ratent jamais.

  • En démocratie, chaque vote doit compter. La représentation proportionnelle prend sa pertinence dans cette aspiration. Chaque Canadien doit pouvoir exercer un impact direct sur les résultats électoraux ainsi que sur la formation de notre gouvernement.

  • Le mode de scrutin uninominal majoritaire à un tour permet d'obtenir des résultats représentatifs lorsque seulement deux partis aspirent à la victoire. Cependant, le Canada compte entre trois et cinq formations politiques depuis les années 1920. Partant de ce fait, le système de votation actuel biaise les résultats électoraux.

  • Depuis la Première Guerre mondiale, 17 gouvernements « majoritaires » se sont succédé mais seulement quatre d'entre eux ont recueilli plus de la moitié du vote populaire. Seul un mode de scrutin uninominal majoritaire à un tour comme le nôtre permet à une minorité d'électeurs d'élire une majorité de députés.

  • Si on tient compte du point précédent, on constate que la majorité libérale actuelle de 39,47 % n'en est pas une. En 2011, le Parti conservateur obtenait également une fausse majorité avec 39,72% du vote populaire. Un candidat peut donc remporter une élection en obtenant seulement 30% du vote et en ne bénéficiant pas de l'appuie de 70 % des électeurs.

  • Lorsque les gens estiment que leur vote n'influencera pas le résultat d'une élection, ils se déplacent moins pour aller voter. Inversement, les pays qui utilisent une forme de mode de scrutin proportionnel affichent un taux de participation supérieur de 7% en moyenne à celui des pays utilisant un mode de scrutin uninominal ou préférentiel (les systèmes majoritaires).

  • La représentation proportionnelle assure un gouvernement plus équitable, plus équilibré, plus responsable et plus représentatif.

  • La représentation proportionnelle a fait ses preuves : de nombreuses démocraties prospères et stables ont adopté ce système (Norvège, Nouvelle-Zélande, Suède, etc.).

  • Si c'est une députée qui vous représente, vous pouvez lui mentionner que tous les pays qui comptent 30 % ou plus de femmes au gouvernement ont un système proportionnel.

  • La représentation proportionnelle peut prendre de nombreuses formes, et les systèmes de ce genre peuvent varier presque à l'infini pour se prêter aux circonstances nationales. C’est ce qui fait la beauté de cette solution : essentiellement, un système proportionnel peut être « adapté » pour répondre aux besoins particuliers de tout pays, y compris le Canada.

  • Toute réforme électorale devrait satisfaire aux trois critères suivants :

    • Tout système électoral proposé doit être proportionnel. Plus concrètement, il doit garantir que le nombre de sièges dévolu à chaque parti corresponde à la proportion du vote recueillie par chacun d'entre eux.

    • Tout système électoral proposé doit préserver un élément de représentation locale. Il est essentiel que les députés fédéraux demeurent responsables et rendent compte à leur collectivité et aux résidents de leur circonscription.
    • Tout système électoral proposé doit être adapté aux exigences géographiques et démographiques particulières au Canada. Ce qui exige, sans s’y limiter, que les gens qui vivent dans des régions moins populeuses et isolées géographiquement soient assurés d'une représentation suffisante et que les droits des Premières Nations soient protégés.