David Peters

Biographie

Je suis actif dans le Parti depuis quelques années maintenant. Je suis PDG de l'EDA de St. John's East et j'ai couru pour le Parti vert dans ce district lors des élections générales de 2015. J'ai travaillé avec Bell Canada et les companies prédécesseurs pendant 30 ans jusqu'en janvier 2017.

J'ai un B. en Communication, un BA et une maîtrise et j'ai enseigné la sociologie de premier cycle à l'Université Memorial pendant sept ans. Un musicien actif et activiste, j'ai consacré le reste de mon travail dans l'intérêt de la paix, de la durabilité environnementale et de la justice sociale.

Le Conseil fédéral a pour mission de surveiller la gouvernance, les orientations stratégiques et les finances de notre parti. Qu’est-ce que cela signifie à vos yeux?

Au Parti vert du Canada, nous avons l’immense responsabilité d’apporter à la politique canadienne une nouvelle vision de l’avenir du pays : un avenir durable, équitable et pacifique. C’est pourquoi nous devons nous surpasser en nous appuyant sur la puissance de la vérité, de la science et des règles éthiques.  La vérité est avec nous. Compte tenu de l’inaction du présent gouvernement au chapitre de la réforme électorale, nous devrons remonter la pente pour accroître notre présence à la Chambre des communes. Nous pouvons le faire. Alors que les effets des changements climatiques se font de plus en plus sentir dans la vie des citoyens, nos messages prennent du poids et les appuis à notre parti augmentent. Notre organisation doit grandir, garder le cap sur ses objectifs et utiliser de manière prudente et transparente les fonds que lui ont confiés ses généreux donateurs.

Pourriez-vous nous communiquer votre vision de l’avenir du PVC?

Il est très peu probable que soit mis en place un nouveau mode de scrutin plus démocratique d’ici les élections fédérales de 2019. Cela dit, nous pouvons très bien faire élire de cinq à dix candidats du PVC (et même plus). La victoire du NPD en Alberta et la popularité du parti NPD fédéral au Québec n’auraient pu être prédites à partir de l’historique des résultats électoraux. Les Libéraux de Trudeau peuvent l’emporter ou non en 2019, mais leurs résultats seront très probablement inférieurs à ceux de 2015. 

Elizabeth May demeure notre meilleur atout politique. Cependant, la notoriété du parti est intimement liée à la sienne et c’est dangereux. Nous devons étendre son réseau d’appuis politiques. De jeunes Verts convaincus doivent être vus et entendus par les Canadiens. Nous devons aussi planifier une révision de notre leadership après 2019. 

Enfin, nous devons mettre fin aux luttes intestines prolongées, acrimonieuses, immatures et inutiles qui ont consommé trop de nos énergies par le passé. Notre progression est beaucoup trop importante pour devenir (ou donner l'Impression d'être) une activité narcissique.