Adoption d'un septième principe de base : interrogation scientifique

Code:
G16-C015
Party Unit:
Members of the Party
Type de résolution:
Constitutionnel
Resolution Status:
Drafted
Resolution Timing:
In Advance
Submission Date:
Dimanche, mai 15, 2016
Auteur:
Saul Bottcher

Préambule

ATTENDU QUE le Parti vert du Canada s'est toujours présenté à la population comme le « Parti de la science », qu'il a publiquement appuyé les prises de décisions fondées sur des données probantes, et qu'il a fait la promotion de politiques fondées sur les données scientifiques actuellement reconnues;

ATTENDU QUE c'est essentiellement grâce à l’interrogation scientifique que nous avons pu comprendre les plus importants enjeux auxquels le Canada fait face aujourd'hui, dont les changements climatiques, le développement durable, les inégalités économiques et la réforme de la démocratie; et que l’interrogation scientifique a également joué un rôle crucial dans la détermination des moyens les plus prudents de relever ces enjeux;

ATTENDU QUE dans une société multiconfessionnelle et multiculturelle, il est essentiel, si nous voulons garantir la cohésion sociale et un progrès social soutenu, de disposer d'une assise commune sur laquelle se fonder pour discuter des politiques publiques;

ATTENDU QUE les réactions de la population canadienne - dont le tollé suscité par le déni de preuves scientifiques par le précédent gouvernement - ont démontré que la science et les preuves scientifiques sont des composantes de l'identité et du tissu social
des Canadiens;

Dispositif

IL EST RÉSOLU QUE la Constitution soit modifiée de manière à y ajouter l'article 5.1.7 :« Interrogation scientifique »; et à y ajouter l'article 5.5 : « L'annexe B renferme une description plus détaillée des principes ».

« Interrogation scientifique

Nous reconnaissons la méthode scientifique comme la lunette commune à l'ensemble de l'humanité pour explorer et comprendre le monde naturel. Nous croyons que les preuves empiriques constituent le fondement de l'élaboration de politiques publiques efficaces, et nous préconisons l’interrogation rationnelle et les débats francs comme étant les processus les plus aptes à favoriser la création, l'amélioration et la révision de toute politique.

Il faut pour y parvenir :

- Un processus d’élaboration des politiques qui s'amorce à partir de preuves empiriques et se fonde sur l’interrogation et le débat pour parvenir à la mise au point des politiques.
- Une ouverture aux connaissances scientifiques actuelles et un respect des analyses et des opinions d'experts.
- Une volonté d'adhérer aux idées politiques qui reposent sur des preuves claires, et de rejeter celles qu'aucune preuve ne vient clairement soutenir.
- Un engagement à appliquer le principe de précaution.
- Un sentiment de joie et de confiance face à la découverte et à la compréhension de la beauté du monde naturel qui nous entoure. »

Commanditaires:
Colin Griffiths, Corey Levine, Scott McDowell, Stefan Klietsch, Carolyn Herbert, Paul Kompass, Melanie MacDonald, Danny Polifroni, Simon Rear, John Redins, David J Momotiuk, Cyrille Giraud, Thomas Trappenberg, Kevin Labonte, Lindsay Thompson, Laila Zarrabi Yan, Grant Penton, James Mihaychuk, Kyle Lacroix, Pauline Thornham, Matt Chisholm, Shaun Hatton, Daniela Gadotti, Gary Adams

Contexte

Certes, la majorité des membres seront sans doute d'accord avec le fait que le Parti vert reconnaisse la valeur de la science et des preuves, mais ils se demanderont peut-être pourquoi faut-il enchâsser l’interrogation scientifique en tant que septième principe dans notre constitution.

La première raison est l'intérêt du public. En reconnaissant la science comme l'un de nos principes de base, nous faisons une promesse aux Canadiennes et aux Canadiens : celle d'élaborer des politiques solides, en accord avec les analyses d'experts; celle de prendre des décisions prudentes et rationnelles; celle de diriger avec confiance; et celle de placer le bien-être de la population au-dessus de nos propres intérêts politiques. Il s'agit là d'une déclaration sans équivoque sur le type de gouvernement que nous avons l'intention de former, et qui nous positionnera clairement dans l'esprit des gens.

La deuxième raison est symbolique et concerne l'essence même de notre parti. Il s'agit d'une occasion de proclamer une attitude intrinsèque à la nature de notre parti et, ce faisant, d'enrichir notre bagage de valeurs communes. Il s'agit de l'apologie d'un principe fondamentalement « vert ».

La raison la plus importante concerne aussi l'essence de notre parti, mais de façon très concrète. Si nous adoptons cette motion, cela signifiera que nous nous donnons le mandat de travailler au développement futur de notre parti. Nous nourrirons l'attente que chacun de nos comportements au sein du parti doit respecter les principes de l’interrogation scientifique, soit le libre partage de l'information, la tenue de débats ouverts, la participation universelle, la liberté d'être en désaccord et un effort commun
pour découvrir la vérité.

Bref, cette motion vise à établir clairement notre orientation, face au public et à nous-mêmes, pour nous permettre de cheminer ensemble vers une destination commune.

Pour avoir accès à d'autres questions posées par les membres et aux réponses fournies, veuillez consulter le site ci-dessous : www.saulbottcher.com/seventh-principle.html

Code

G16-C015

Type de résolution

Constitutionnel

Auteur

Saul Bottcher

Préambule

ATTENDU QUE le Parti vert du Canada s'est toujours présenté à la population comme le « Parti de la science », qu'il a publiquement appuyé les prises de décisions fondées sur des données probantes, et qu'il a fait la promotion de politiques fondées sur les données scientifiques actuellement reconnues;

ATTENDU QUE c'est essentiellement grâce à l’interrogation scientifique que nous avons pu comprendre les plus importants enjeux auxquels le Canada fait face aujourd'hui, dont les changements climatiques, le développement durable, les inégalités économiques et la réforme de la démocratie; et que l’interrogation scientifique a également joué un rôle crucial dans la détermination des moyens les plus prudents de relever ces enjeux;

ATTENDU QUE dans une société multiconfessionnelle et multiculturelle, il est essentiel, si nous voulons garantir la cohésion sociale et un progrès social soutenu, de disposer d'une assise commune sur laquelle se fonder pour discuter des politiques publiques;

ATTENDU QUE les réactions de la population canadienne - dont le tollé suscité par le déni de preuves scientifiques par le précédent gouvernement - ont démontré que la science et les preuves scientifiques sont des composantes de l'identité et du tissu social
des Canadiens;

Dispositif

IL EST RÉSOLU QUE la Constitution soit modifiée de manière à y ajouter l'article 5.1.7 :« Interrogation scientifique »; et à y ajouter l'article 5.5 : « L'annexe B renferme une description plus détaillée des principes ».

« Interrogation scientifique

Nous reconnaissons la méthode scientifique comme la lunette commune à l'ensemble de l'humanité pour explorer et comprendre le monde naturel. Nous croyons que les preuves empiriques constituent le fondement de l'élaboration de politiques publiques efficaces, et nous préconisons l’interrogation rationnelle et les débats francs comme étant les processus les plus aptes à favoriser la création, l'amélioration et la révision de toute politique.

Il faut pour y parvenir :

- Un processus d’élaboration des politiques qui s'amorce à partir de preuves empiriques et se fonde sur l’interrogation et le débat pour parvenir à la mise au point des politiques.
- Une ouverture aux connaissances scientifiques actuelles et un respect des analyses et des opinions d'experts.
- Une volonté d'adhérer aux idées politiques qui reposent sur des preuves claires, et de rejeter celles qu'aucune preuve ne vient clairement soutenir.
- Un engagement à appliquer le principe de précaution.
- Un sentiment de joie et de confiance face à la découverte et à la compréhension de la beauté du monde naturel qui nous entoure. »

Commanditaires

Colin Griffiths, Corey Levine, Scott McDowell, Stefan Klietsch, Carolyn Herbert, Paul Kompass, Melanie MacDonald, Danny Polifroni, Simon Rear, John Redins, David J Momotiuk, Cyrille Giraud, Thomas Trappenberg, Kevin Labonte, Lindsay Thompson, Laila Zarrabi Yan, Grant Penton, James Mihaychuk, Kyle Lacroix, Pauline Thornham, Matt Chisholm, Shaun Hatton, Daniela Gadotti, Gary Adams

Contexte

Certes, la majorité des membres seront sans doute d'accord avec le fait que le Parti vert reconnaisse la valeur de la science et des preuves, mais ils se demanderont peut-être pourquoi faut-il enchâsser l’interrogation scientifique en tant que septième principe dans notre constitution.

La première raison est l'intérêt du public. En reconnaissant la science comme l'un de nos principes de base, nous faisons une promesse aux Canadiennes et aux Canadiens : celle d'élaborer des politiques solides, en accord avec les analyses d'experts; celle de prendre des décisions prudentes et rationnelles; celle de diriger avec confiance; et celle de placer le bien-être de la population au-dessus de nos propres intérêts politiques. Il s'agit là d'une déclaration sans équivoque sur le type de gouvernement que nous avons l'intention de former, et qui nous positionnera clairement dans l'esprit des gens.

La deuxième raison est symbolique et concerne l'essence même de notre parti. Il s'agit d'une occasion de proclamer une attitude intrinsèque à la nature de notre parti et, ce faisant, d'enrichir notre bagage de valeurs communes. Il s'agit de l'apologie d'un principe fondamentalement « vert ».

La raison la plus importante concerne aussi l'essence de notre parti, mais de façon très concrète. Si nous adoptons cette motion, cela signifiera que nous nous donnons le mandat de travailler au développement futur de notre parti. Nous nourrirons l'attente que chacun de nos comportements au sein du parti doit respecter les principes de l’interrogation scientifique, soit le libre partage de l'information, la tenue de débats ouverts, la participation universelle, la liberté d'être en désaccord et un effort commun
pour découvrir la vérité.

Bref, cette motion vise à établir clairement notre orientation, face au public et à nous-mêmes, pour nous permettre de cheminer ensemble vers une destination commune.

Pour avoir accès à d'autres questions posées par les membres et aux réponses fournies, veuillez consulter le site ci-dessous : www.saulbottcher.com/seventh-principle.html