Suivi

Pour donner suite à mon dernier blogue sur le débordement de la Souris, voici la réponse d'un bon ami à moi et climatologue de renom, James Bruce. En plus de ses nombreuses réalisations, Jim est membre de l'Ordre du Canada, membre de la Société royale du Canada et récipiendaire du prix Nobel de la paix pour son travail avec le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. Jim apparaît également sur les photos prises lors de mon assermentation.

Bonjour Elizabeth,

J'ai obtenu des informations indirectes qui suggèrent que les barrages ont contribué à réduire le débordement de la Souris. À tout le moins, les habitants du Dakota du Nord semblent satisfaits du fonctionnement du barrage en Saskatchewan.

Quant à la question portant sur les changements climatiques, des études ont démontré qu'un climat perturbé par les gaz à effet de serre entraînait au printemps un transport accru d'humidité vers le nord en provenance du golfe du Mexique ainsi que des précipitations plus abondantes dans le nord des Grandes Plaines. À mon avis, la fréquence des inondations printanières le long de la rivière Rouge, l'élévation du niveau du lac Devils, au Dakota du Nord, et les inondations survenues cette année le long de l'Assiniboine et de la Souris illustrent bien le phénomène.

Le document suivant est intéressant :

Cook, K.H. et coll., 2008.  Springtime intensification of the Great Plains low level jet and midwest precipitation in GCM simulations of the 21st century, Journal of Climate. V21, n° 23, pp. 6321-6340.

En espérant que tu te portes bien, je te félicite pour ton travail et te souhaite bonne continuation.

James P. Bruce, O.C., M.S.R.C.