Blogue de campagne - Jour 32

Blogue de campagne - Jour 32

Elizabeth May

La journée a été dominée par le scandale partout au Canada quant à notre échec à répondre à la crise des migrants. Je suis devenue amie avec une femme extraordinaire qui vit juste en dehors de ma circonscription, mais je travaille à l’aider elle et sa famille élargie comme si elle était résidente de ma circonscription. Nous sommes parvenues à faire venir deux jeunes hommes syriens au Canada qui ont fui la Syrie par la Jordanie. Leurs épouses ont réussi à venir au Canada avant eux. Ç’a été une véritable bataille pour les faire venir ici, mais au moins, ils étaient à l’extérieur de la Syrie et ont pu faire leur demande. La plupart des réfugiés syriens qui ont des liens au Canada ne peuvent recevoir d’aide. Il y a des membres de la famille de mon amie syrienne qui sont sortis de la Syrie et qui, avec leurs enfants dans les sièges arrière de leur voiture, se sont rendus jusqu’à l’ambassade du Canada à Beyrouth, mais ont été renvoyés par les gardes de sécurité à l’entrée. En dépit de tentatives répétées d’avoir une entrevue ou de commencer les démarches, ces gens ont dû retourner à la frontière de la Syrie. Un cauchemar.

Dans mon bureau de circonscription, nous avons tenté de jumeler des réfugiés qualifiés avec des groupes qui ont la permission de les parrainer à travers le processus compliqué et bureaucratique mis en place par le gouvernement de Stephen Harper. C’est comme si les conservateurs pensaient qu’il y a de jolies salles d’attente pour les réfugiés partout dans le monde. « Prenez un numéro, nous vous appellerons lorsque nous le pourrons… » Pour comprendre les obstacles à franchir pour parrainer un réfugié syrien, allez sur le site Web d’Immigration Canada. Voici le paragraphe du Prenez un numéro : « Il peut y avoir une période de temps considérable entre la date de la demande et celle où les réfugiés arrivent au Canada. Le processus de sélection pour ces réfugiés peut fluctuer avec le volume de demandes reçues aux bureaux des visas. Le temps d’examen dans chaque bureau de visas au cours des douze derniers mois est inscrit en ligne. Les parrains sont invités à consulter ce lien régulièrement pour les aider à planifier l’arrivée des réfugiés parrainés. »  

Les organismes de parrainage doivent prouver leur capacité financière à couvrir tous les coûts d’une famille élargie pour une année. Tous les membres de la famille, même ceux qui ne viennent pas au Canada, doivent être inscrits sur la liste et les parrains doivent être capables de couvrir tous les coûts.

 Il n’y a aucune compassion. Il n’y a pas de sentiment d’urgence. Ce n’est PAS la façon dont le Canada réagissait auparavant. Il ne s’agit pas du même système qui a accueilli les boat people du Vietnam. Nous devons nous débarrasser de ce gouvernement conservateur et redevenir qui nous étions.